Les Loges Maçonniques Lyonnaises – Tome II

Les Loges Maçonniques Lyonnaises : d’une révolution à l’autre 1789-1848 Aimé Imbert

Auteur : Aimé IMBERT

D’UNE RÉVOLUTION A L’AUTRE – 1789/1848 –

Préface de Pierre MOLLIER
Directeur de la Bibliothèque du Grand Orient de France et du Musée de la Franc-Maçonnerie.

Le premier volume de cette Histoire des Loges Maçonniques lyonnaises s’est achevé aux prémices de la Révolution française. Les Francs-maçons lyonnais vont participer à ce grand bouleversement social, philosophique et politique, et s’engager chacun selon sa conviction, cela au détriment des Loges, malmenées par les dissensions d’opinions entre Frères, et par la méfiance qu’elles déclenchent au sein d’une autorité Jacobine suspicieuse. La répression ordonnée par la Convention pour punir Lyon de son engagement fédéraliste laissera la Maçonnerie lyonnaise dévastée, tant par ses morts que par la destruction d’un certain nombre de ses Temples.

Le Premier Empire permettra aux Loges de renaître, mais en la mettant à sa botte. Sévèrement contrôlées par un pouvoir policier, les Loges lyonnaises auront pendant près de vingt ans une existence presque officielle, et sans aucun relief, tant le contrôle de la police napoléonienne est puissant. Pourtant, dès cette époque, le recrutement des Loges change, et annonce indirectement les profonds changements qu’elles vont subir.

C’est la fin de l’Empire et le retour de la royauté qui vont transformer considérablement les Loges Maçonniques lyonnaises, à la fois dans leur recrutement, qui devient nettement plus populaire, et dans leurs fonctions, qui deviennent beaucoup plus sociales et politiques. Mais cela indirectement, tant la police reste, malgré le changement de régime, omniprésente. Nous découvrons des Loges au fonctionnement irréprochable, aux ordres du jour insipides, mais dont de nombreux membres sont engagés dans la vie politique, officielle ou clandestine. Majoritairement, les Frères sont dans l’opposition à la Restauration, et pour une évolution républicaine de l’Etat. Ils sont nombreux à participer à des sociétés secrètes aux buts sociaux ou révolutionnaires. Agissant dans la société, préoccupés de la misère, les Francs-maçons lyonnais vont être à l’origine ou vont accompagner de nombreuses innovations sociales, comme les sociétés de secours mutuels pour les plus pauvres, et des structures d’enseignement à l’intention des moins instruits, enfants ou adultes les plus défavorisés socialement. Certaines de ces structures, fondées il y a près de 200 ans, existent toujours.

Cette troisième période de la vie Maçonnique lyonnaise, après l’ancien régime et l’Empire, voit débuter la Franc-Maçonnerie moderne, préoccupée de la mise en œuvre dans la société de ses valeurs humanistes.

Comme dans le tome premier de cette Histoire des Loges maçonniques lyonnaises, la recherche des informations de ce livre s’est concentrée sur les archives locales, publiques et privées, en privilégiant les documents authentiques, souvent inédits.
Pour autant, les recherches antérieures faites par d’autres auteurs n’ont pas été négligées. Leurs avis ont été examinés avec soin, tant pour les confirmer que pour les contester. Car ce livre n’est pas la synthèse d’autres travaux, mais bien un essai de reconstitution de la vie des Loges lyonnaises dans cette période complexe, avant tout à partir des documents d’époque. Il permet en cela de rectifier des erreurs faites par un auteur et reproduites par d’autres, d’éclaircir des points obscurs ou confus, de ne pas s’engager dans des interprétations souvent fragiles, et de laisser honnêtement l’interrogation ouverte quand aucun document ne permet d’affirmer quoi que ce soit.

Les Lyonnais et les Francs-maçons d’aujourd’hui connaissant bien leur ville vont croiser dans ces trente années (1818 – 1848) des conceptions et même des structures toujours actives dans le Lyon d’aujourd’hui. Ville de mémoire, Lyon garde dans ses multiples réseaux des traces encore vivantes de cette époque. Et pour nous qui les avons parfois un peu oubliés, ce tome 2 de l’Histoire des Loges maçonniques lyonnaises d’Aimé Imbert nous rappellent ou nous font découvrir des personnages à qui nous restons redevables, comme citoyens et comme lyonnais, de ce qu’ils ont fait durant ces années difficiles.

Lionel Brabant

LES LOGES MAÇONNIQUES LYONNAISES – TOME III

D’UNE RÉVOLUTION A L’AUTRE – 1789/1848 –

SOMMAIRE

  • Préambule
  • La Révolution de 1789
    La Révolution de 1789 à Paris
    La Révolution de 1789 à Lyon
  • Le réveil de la Franc-Maçonnerie Française
    Les obédiences nationales
    Les micro-obédiences  » écossaises  »
    L’anti-maçonnisme post-révolutionnaire
    Des religions de substitution
    Le Concordat de 1801
  • Le réveil de la Franc-Maçonnerie Lyonnaise
    Les hommes
    Les rites
    État des Lieux : Lyon en 1800
  • Les Loges et Chapitres Lyonnais de 1800 à 1815
    La Parfaite Harmonie et son Chapitre de 1801 à 1815
    Le Parfait Silence et son Chapitre de 1803 à 1815
    La Candeur et son Chapitre de 1804 à 1815
    La Sincère Amitié de 1804 à 1815
    La Concorde 1805
    Saint-Napoléon de la Bonne Amitié de 1805 à 1813
    Saint-Jean d’Ecosse d’Isis et son Chapitre de 1806 à 1813
    Saint-Jean des Volontaires 1807
    La Bienfaisance de 1806 à 1811
    Marie Louise de la Concorde de 1809 à 1812
    Les Loges voisines de 1806 a 1815
    Le Parfait Accord de Villefranche de 1806 à 1813
    Saint-Roch de la Franche Amitié de Rive de Gier de 1809 à 1813
    Les Amis des Hommes de Condrieu de 1809 à 1811
  • Quelques remarques importantes à propos des documents
  • La Franc-Maçonnerie Lyonnaise et l’empire
    Un âge d’or ?
    La vie des Loges
    Les éléments du changement
    Les religions
    Le régime impérial
    Le Grand Orient de France
  • La chute de l’empire et de la Franc-Maçonnerie
    Les Restaurations : les pouvoirs, les oppositions, les courants d’idées
    Les luttes sociales : anticléricalisme, enseignement, bienfaisance et solidarité, mutuellisme
  • Le renouveau des Loges de 1817 A 1850
    Le Parfait Silence et son Chapitre de 1817 à 1848
    La Candeur et son Chapitre de 1818 à 1848
    La Sincère Amitié et son Chapitre de 1818 à 1848
    Memphis et ses ateliers de hauts grades de 1821 à 1829
    Equerre et Compas et son Chapitre de 1823 à 1849
    Union et Confiance et son chapitre de 1824 à 1850
    Les Enfants d’Hiram, loge et chapitre de 1825 à 1850
    L’Etoile Polaire de 1826 à 1850
    L’Asile du Sage et son Chapitre de 1827 à 1850.
    Les Trinosophes lyonnais de 1830 à 1833
    Simplicité-Constance et son Chapitre de 1829 à 1850
    Bienfaisance et Amitié et son Chapitre de 1831 à 1850
    La Bienveillance de 1835 à 1838.
    Conseil des Chevaliers M des Angles. Les Prêtresses d’Isis
    Les Chevaliers du Temple de 1834 à 1850
    Les Amis des Arts de 1840 à 1850
    La Tolérance. Les Amis de la Vérité de 1841à 1850
    L’Unité de 1843 à 1845
    Les Amis des Hommes de 1848 à 1852
    Etoile et Compas de 1850 à 1851
  • Loges irrégulières et autres
    L’Humanité
    Mars et Union
    L’Union de Pierre Scize
    Les Philanthropes du Nord
  • Les Loges voisines : Tarare de 1819 à 1825
    Les amis de la Charte – Constance et Fidélité
    Les Amis Réunis
    Thèbes Renaissante
  • Les Loges voisines : Villefranche en Beaujolais de 1825 à 1850
    La Double Union
    La Parfaite Union
  • Les Loges voisines : Trévoux de 1818 à 1829
    De la Sincérité et du Secret
  • Les Loges voisines : Neuville-sur-Saône de 1846 à 1850
    Espérance et Progrès
  • Le Conseil des Vénérables, le Conseil Central de 1830 à 1850
  • Le Conseil Philosophique du Parfait Silence de 1892 à 1850
  • Le Grand Orient de France et la Constitution de 1849
  • De la Maçonnerie Lyonnaise au 19ème siècle
  • Conclusion